20 Minutes ou le pari réussi de la gratuité ?

Lancé il y a déjà plus de 10 ans, le quotidien gratuit 20 Minutes confirme son leadership d’audience de la presse quotidienne nationale depuis plusieurs années avec 4,3 millions de lecteurs en 2011 (étude AudiPresse / ONE 2011-2012). 20 Minutes France SAS est détenu à 50% par Schibsted, l’un des plus grands groupes scandinaves de médias, et par le groupe Sipa Ouest-France (éditeur du premier quotidien régional français). La société s’appuie sur une rédaction de 112 journalistes et de 12 bureaux locaux. Celui de Bordeaux, ouvert en 2004, est composé de deux responsables de clientèle et de quatre journalistes, dont Mickaël Bosredon, reporter – rédacteur, interviewé par l’APACOM.

 

En Aquitaine, le journal occupe la première place des quotidiens gratuits avec 152 000 lecteurs, suivi par Direct Matin (94 000) et Métro (83 000). Quelles sont les clés du succès de 20 Minutes par rapport à vos concurrents gratuits ?

C’est un ensemble de facteurs qui expliquent ce succès. Sur le fond, la ligne éditoriale de 20 Minutes se veut au plus proche des préoccupations de nos lecteurs, principalement des jeunes urbains. Nous abordons donc les thématiques qui les touchent directement : les transports, l’évolution urbanistique de la ville, l’économie locale… Le tout dans un langage clair et surtout sans parti pris. La neutralité est primordiale chez nos journalistes. Sur la forme, la maquette, claire, lisible et toute en couleur, permet d’entrer facilement dans le journal. Le format, très pratique, apporte un véritable confort de lecture. La politique photo est un autre de nos atouts : un photographe professionnel est employé dans chacun des bureaux de 20 Minutes, ce qui nous permet de nous différencier de nos concurrents. Enfin, 20 Minutes s’appuie également sur un réseau de distribution qui suit au plus près les déplacements quotidiens de nos lecteurs.

Deuxième quotidien régional avec un lectorat de plus d’un million, le quotidien Sud-Ouest maintient sa position de leader en Aquitaine. Le considérez-vous comme un concurrent direct et en quoi votre ligne éditoriale se différencie-t-elle ?

Nos concurrents directs sont Direct Matin et Metro. Sud-Ouest est aussi un concurrent, même si 20 Minutes ne touche pas la même cible et est bien mieux implanté dans le centre urbain. Concernant la ligne éditoriale, 20 Minutes propose chaque jour l’information essentielle. Il y a donc des choix qui s’opèrent chaque matin en conférence de rédaction sur ce que nous allons traiter dans les deux pages consacrées à l’information locale, toujours dans un souci d’être « concernant » pour nos lecteurs et équilibrés dans les sujets traités. Sud-Ouest doit, quant à lui, remplir chaque jour une vingtaine de pages régionales, départementales et locales et couvre donc quasiment tous les événements sans distinction.

En 2011, la société annonçait un CA de 60,5 millions d’euros, en croissance de plus de 16% et de 51,2% sur le digital. Son résultat d’exploitation (EBITDA) est de 2,5 millions d’euros pour l’ensemble de ses activités nationales, positif pour la 4ème année consécutive. Peut-on parler d’un modèle économique stable ?

20 Minutes a effectivement trouvé son modèle économique : un journal de 32 pages en moyenne, avec un ratio de publicité ne dépassant pas les 50%. Mais nous sommes dans un monde qui évolue rapidement, rien n’est donc figé.

Quels sont vos projets de développement pour l’année 2013 ?

Si le modèle économique de 20 Minutes est une réussite, il faut sans cesse regarder devant pour ne pas se faire dépasser. Les projets de développement au sein de l’entreprise sont nombreux. Certains verront le jour en 2013, d’autres plus tard. Parmi les plus urgents, figure la volonté de faire évoluer notre site Internet. Il reste parmi les plus fréquentés des sites d’information en France (6,5 millions de VU/mois) mais il a besoin d’être enrichi avec une plus grande contribution de nos douze rédactions locales et davantage de vidéos.

Propos recueillis par Catherine Sarnow

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *