Communication interpersonnelle : notre premier atout !

Stratégie de communication, plan d’action, moyens et ressources : médias sociaux, presse, affichage, TV, applications mobiles, plateformes numériques… Nous, professionnels de la communication, maîtrisons ces mots et savoir-faire associés. Il y en a deux que j’entends peu et qui pourtant nous sont tout aussi précieux pour travailler efficacement : la « communication interpersonnelle ». De sa qualité dépend en grande partie notre réussite. Focus sur cette compétence essentielle !

Qu’est-ce que la communication interpersonnelle ?

La communication interpersonnelle est le processus d’interaction que nous utilisons pour transmettre nos idées, pensées et émotions à une personne ou à un groupe de personnes et déclencher une réaction. Elle englobe tous les aspects de notre communication en face à face : verbale (mots), para-verbale (voix) et non verbale (gestes, posture, expression du visage) et s’inscrit dans un contexte spatial et temporel précis avec une intention consciente ou inconsciente, celle de l’émetteur. Son enjeu est la compréhension mutuelle parfois difficile à atteindre pour diverses raisons, comme le choix des mots, un manque d’écoute ou un environnement bruyant.

Nous la travaillons et l’améliorons en développant nos compétences verbales et vocales mais aussi notre écoute active, notre assertivité et la maîtrise de nos émotions.

Pourquoi est-elle incontournable ?

Elle l’est car nous ne pouvons pas ne pas communiquer. Elle est essentielle à notre vie sociale et sert de nombreux objectifs :

  • se socialiser, réseauter,
  • se connaître et connaître les autres,
  • aider les autres,
  • transmettre un savoir,
  • influencer, convaincre, fédérer, etc.

3 croyances à travailler

Il est difficile d’améliorer sa communication interpersonnelle si nous restons persuadés par l’une de ces trois croyances :

  • « Je me concentre sur les faits pour être convaincant. ». L’objectivité est importante mais n’exclut pas la subjectivité, celle de son interlocuteur, essentielle pour transmettre efficacement son message. La question à se poser est : comment j’adapte mon message pour déclencher l’intérêt de mon interlocuteur ?
  • « Les faits sont incontestables donc j’impose mon message. » Vous avez raison et vous en êtes convaincu… N’oubliez pas d’être bienveillant et patient dans votre communication en respectant les croyances et les erreurs de votre interlocuteur. Vous faciliterez ainsi la confiance et l’adhésion.
  • « Maquiller la réalité me permet de persuader plus facilement ou d’éviter le conflit ». Bien que ce soit plus confortable pour vous, votre manque de transparence peut déclencher méfiance, déception, voire une communication conflictuelle.

Plusieurs techniques pour progresser

Parmi les nombreuses techniques disponibles, en voici quatre souvent utilisées en entreprises par les managers :

La PNL ou programmation neurolinguistique,

L’Ecole de Palo Alto,

L’Analyse Transactionnelle,

La Process communication.

Et n’oubliez pas qu’une bonne communication interpersonnelle repose sur le constat suivant : ce que me communique l’autre m’intéresse.

Catherine Sarnow

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *