Les Croisements Numériques planchent sur les métiers de l’Internet

Mardi 22 mai avaient eu lieu les Croisements Numériques au CAPC de Bordeaux. Une conférence présentée par l’Observatoire Européen des Métiers de l’Internet sur les opportunités d’emploi que représente le secteur du numérique. Retour sur cet évènement.

C’est dans une salle pleine, que Josy Reiffers ( le président d’Emploi-Bordeaux ) prend la parole pour expliquer le déroulement de la soirée. Les Croisements Numériques, c’est un rendez vous en deux parties :

  • La présentation de l’étude de l’Observatoire Européen des Métiers de l’Internet ;
  • Une table ronde avec des professionnels du numériques pour expliquer et ensuite débattre autour des emplois du numérique

« Internet est une révolution sans précédent », c’est avec cette accroche que François Adoue (Responsable français de l’Observatoire Européen des Métiers de l’Internet ) succède à Josy Reiffers sur la scène. Il présente les différents points de l’étude dans les détails ainsi que le site e-jobs observatory qui est une plateforme d’informations et de services pour l’industrie d’Internet.

L’étude menée par l’Observatoire distingue 10 profils de compétence européens dans les métiers liés au net : opérateur de hotline Internet, community manager, ergonome web, responsable web marketing, vendeur web, concepteur web, concepteur de contenus/concepteur multimédia, animateur 2D/3D, webmaster et manager de contenu Internet. « Les fonctions ne changent pas mais évoluent, elles deviennent plus étendues, » rappelle François Adoue. Ces profils présentés doivent donc évoluer pour assurer une validité dans le temps. L’objectif de l’étude est de faciliter « l’employabilité » dans l’économie digitale. Pour cela il y a deux solutions :

  • améliorer la formation dans les métiers du numérique ;
  • encourager l’immigration qualifiée.

François Adoue conclut cette première partie : « les métiers de l’Internet sont avant tout des métiers de la communication ».

De nouveaux intervenants prennent place pour la seconde phase, « la table ronde ». « La région bordelaise travaille pas mal sur le secteur du mobile », c’est la première phrase qui inaugure cette nouvelle séquence. Il est question d’opportunités d’emploi et de formation. Il s’agit de savoir comment être en adéquation avec le marché. Comment se faire une place ?

Les conférenciers sont unanimes, dans le secteur du numérique, un employeur se base sur ce que « vous savez faire et non sur ce que vous avez fait ». A l’IUT-DUT SRC Bordeaux « nous essayons d’être le plus possible avant-gardiste concernant les compétences que nos étudiants doivent développer ». Dans un secteur en constante évolution, les savoirs enseignés doivent être valable le plus longtemps possible.

Cependant, comme le rappelle une personne dans la salle, à la SRC il y a 1000 demandes pour 30 places. L’enseignement supérieur n’est pas en phase avec la demande. C’est pour cela, que les enseignants demandent chaque année que de nouvelles places soient créées.

Retrouvez l’intégralité de l’étude de l’Observatoire Européen des Métiers de l’Internet en PDF

Crédit Photo : Julien Callaou

Julien Callaou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *