E-visibilité en 2014 – Google et toujours Google

18-20_2_mittelLorsque le 18/20 de l’APACOM invite Claire Decroix, du Pôle numérique de la CCIB, à venir animer un atelier, c’est toujours un succès. Mais on peut presque parler de triomphe pour le 18/20 du 20 mars dernier ! 32 personnes présentes, une salle où il faut rajouter des chaises, et une audience très attentive.

Le thème qui a rassemblé tant de monde ? Incontournable à dire vrai puisque Claire Decroix nous présentait les dernières tendances pour être visible sur Internet. Forcément, ça intéresse tout le monde et particulièrement les communicants que nous sommes. Claire Decroix le reconnaît d’ailleurs, « j’aime bien venir au 18/20 car je sais que le public de l’Apacom a toujours beaucoup de questions pertinentes ».

Si toutes ces dernières tendances sont détaillées dans le pdf de la présentation de Claire Decroix, voici ce qu’il faut retenir :
Google représente plus de 100 milliards de recherches effectuées tous les mois dans le monde. Autant dire que lorsque l’on cherche à être bien visible et référencé, il vaut mieux s’adapter aux exigences du géant pour faire entendre sa voix dans un environnement sursaturé d’informations. « Une infobésité fulgurante, qui nous bombarde chaque instant de centaines de messages sur tous les canaux. »

  • Première règle : mieux vaut être absent que présent sans aucune valeur ajoutée. Si on n’a rien à dire, on ne dit rien !
  • Deuxième règle : devenir ou rester Google friendly. Comment ? Déjà en utilisant correctement tous les outils Google : Google maps, Google Street view, un compte actif Google +. Penser à susciter des avis ou notes d’internautes ou mieux en les incitant à les laisser… sur la page Google.
    Ensuite, en choisissant bien ses mots-clés. C’est une constante qui reste d’actualité. Des textes bien écrits, pertinents, en soignant également les titres des pages d’un site et les légendes des photos.
  • Troisième règle : user et abuser des réseaux sociaux mais encore une fois, dans une démarche qualitative. Vive le marketing de contenu où l’on va raconter une histoire différente selon le support.

Côté site, Claire Decroix remarque l’émergence de design plus épuré, où l’iconographie et les visuels deviennent primordiaux : des pictos, des vidéos, des photos (mais pas issues de banque d’images, trop repérables !). On pense aussi multisupports (48% des français utilisent trois écrans par jour) donc responsive. Mettre des liens, faire attention au temps de téléchargement, prévoir des boutons de partage pour favoriser les échanges sur les réseaux sociaux.

Empathie, engagement, expertise… Prendre la parole à bon escient sur le web devient de plus en plus une histoire de qualité.

 

Claire Goutines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *