Jacques Bardet : Ça va barder !

Sa  « Bio-Express » :
J’ai commencé ma carrière en radio : d’abord journaliste sur une station Europe 2 en région, puis producteur-animateur de magazines sur des radios associatives parisiennes. Après quoi je m’associe et crée la rédaction du magazine Paris Planète, un gratuit culturel urbain qui sera lauréat de la Fondation Jacques Douce en 1997. Ensuite j’entame une série de collaborations avec la presse d’entreprise (Défis, I-Entreprise, Repreneur…) jusqu’à une formation aux métiers de la communication à Sciences Com’ Nantes ; pour me lancer dans la communication à Bordeaux en 2005.

Votre « actu » dans la communication ?
Après avoir développé des offres en conception-rédaction, en édition et sur le Web, je reviens vers mon premier métier avec les relations presse tout en conservant mes prestations éditoriales – elles sont complémentaires. Et cela fonctionne bien car je sais ce dont les journalistes ont besoin pour travailler après avoir exercé leur métier en presse et radio. En ce moment, je travaille sur plusieurs dossiers qui traitent de l’implication de la filière Bâtiment dans les valeurs du Développement Durable. C’est un véritable défi que ces métiers appréhendent avec lucidité  ; et puis les enjeux sont considérables.

Votre coup de cœur  » com’  » de l’année ?
J’ai été séduit par un e-mailing diffusé par un graphiste ; il a incrusté sa photo en pied dans un emballage en carton estampillé d’une pastille rouge pétard sur laquelle on peut lire : «Graphiste garanti 10 ans d’expérience». Au premier regard, ça peut sembler facile,  et puis racoleur. En fait, il me semble que cette «mise en boîte» requiert une bonne dose d’humour et de modestie. Des qualités qui sont une ressource dans nos métiers. Non ?

Comment vous projetez-vous dans l’avenir, quelle évolution pour votre métier ?
Les relations presse se portent plutôt bien comme l’a révélé notre dernier Observatoire des métiers de la communication. Sinon, il y aura très certainement de plus en plus de solutions en ligne ; avec aussi une préservation du contact physique : la relation presse c’est avant tout un métier de relation, ce qui est difficilement transposable dans le monde numérique.

Plus d’infos : http://www.cavabarder.com/

Propos recueillis par Béatrice Vendeaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *