La génération Y : une cible si difficile à convaincre ?

Startup Stock Photos

Ils ont entre 18 et 35 ans et sont aujourd’hui au cœur de nombreuses enquêtes marketing. Si jeunes et pourtant si convoités, les digital natives ou « génération Y » représentent la cible à conquérir et à fidéliser. Pas si facile quand le fonctionnement de cette génération n’est pas encore bien identifié et que leurs comportements restent abstraits : on les décrit comme individualistes alors qu’ils agissent en communautés ou encore peu matérialistes alors qu’ils sont attirés par les marques.

Ces nouveaux consommateurs sont aujourd’hui recherchés car ils représentent un poids démographique lié à un poids économique qui les rendent incontournables. D’après le Boston Consulting Group ils représenteraient 32% de la population mondiale (plus que la génération des Baby-boomers).

Une génération bien différente des précédentes. Et une chose est certaine : celle-ci est passionnée et maitrise à la perfection le digital. Alors comment s’en servir pour la séduire ?

S’associer pour mieux briller

Lors du défilé hiver 2018 de Dolce & Gabana, une cinquantaine de bloggeurs, influenceurs, célébrités… étaient présents sur les podiums… et sur les écrans ! Bella Hadid, Chiara Ferragni ou encore Kendal Jenner, ont à peine 20 ans et font partie des influenceurs avec lesquels les marques doivent collaborer et entretenir de bonnes relations. Tous ces jeunes prescripteurs leur assurent une visibilité certaine. Ils sont hypers connectés et vont naturellement partager les différentes créations des marques sur leurs réseaux sociaux et ainsi rendre visible les produits auprès de toute leur communauté, soit souvent des millions de personnes.

Dans l’ère de l’hyper-choix, c’est une façon de rester en contact avec cette cible en gardant la distance nécessaire pour que la marque ne soit pas perçue comme trop intrusive.

Jouer sur l’originalité

Cette nouvelle génération est friande d’informations et peut satisfaire son désir avec internet, qui aujourd’hui nous offre tout instantanément. Une évolution qui crée une génération plus ouverte d’esprit avec un éveil culturel et un esprit critique plus développés. Une évolution qu’on peut considérer comme positive mais qui rend la vie plus difficile aux marques. Celles-ci qui vont devoir communiquer autrement avec un public plus difficile et en recherche constante d’originalité. Elles ne peuvent plus se contenter de vendre leurs produits avec des publicités promotionnelles, la génération Y veut être transportée. La marque doit aujourd’hui être créative, casser les codes.

Pour se démarquer, la marque Louis Vuitton s’est associée à la marque Suprême, connue pour son côté streetwear, lors d’une collection capsule. L’image du luxe, le savoir-faire, l’authenticité, s’associent très bien avec la modernité et l’image multiculturelle, ce qui donne une collaboration dans l’air du temps.

Casser les codes

Séduire les jeunes c’est aussi communiquer à travers des supports qu’ils maitrisent. De ce fait nous pouvons dire au revoir aux publicités télévisées et aux prints et bonjour à Facebook, Instagram ou encore Snapchat.

Léa Jouvie

Sources : Les Echos, Le Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *