La saga des portraits de candidats (4) : Eloi Choplin – Triple C

À l’occasion de l’Assemblée générale annuelle de l’APACOM, programmée le mardi 31 janvier 2012, les adhérents seront amenés à voter pour élire de nouveaux administrateurs, futurs animateurs de la vie de notre association.
6 postes sont à pourvoir, 10 adhérents se sont déclarés candidats. Nous vous invitons à les découvrir au travers « La saga des portraits de candidats » dans l’ordre d’arrivée des réponses à notre questionnaire.

Aujourd’hui nous vous présentons Eloi Choplin, Directeur de l’agence Triple C, qui revient avec nous sur son parcours et les raisons de sa candidature.

Votre « Bio-Express » :
Eloi Choplin : Dès la sortie du CELSA, une 1ère vie dans les médias (La cinquième, M6), je suis tombé dans le web par inadvertance et j’y suis resté. Une seconde vie toujours à Paris, mais en agence (Reciprok), j’ai appris que le web était un tuyau très complexe et passionnant. Une troisième vie, à Bordeaux, à monter des projets portés par l’agence de communication astucieuse Triple C que j’ai créé fin 2008 et dont je suis l’heureux directeur.

Vous candidatez au poste d’administrateur au sein de l’APACOM. Quelles sont les raisons de cet engagement ?
Eloi Choplin : A 34 ans, je souhaite m’impliquer davantage et participer activement à la vie interne de l’association. J’ai l’ambition de représenter également les petites agences, si dynamiques et si nécessaires dans le paysage communicant.

Quels sont les projets développés par l’APACOM sur lesquels vous apporterez votre contribution ? Avez-vous des idées complémentaires que vous aimeriez mettre en œuvre ?
Eloi Choplin : J’aimerais continuer à apporter ma pierre à l’édifice de la Nuit de la Com’ et au développement des outils de communication de l’APACOM.
La Commission Communication, dont je fais partie, a mis en place ou développe une série d’outils importants comme l’infolettre, le blog, la présence de l’APACOM au cœur des réseaux. Sans oublier la refonte en cours du site de l’association. Je pense qu’il y a la possibilité de mettre en place des ponts avec d’autres associations autour du numérique et proposer des rencontres et des ateliers spécifiques. Le numérique n’est pas qu’un axe de communication parmi d’autres. C’est un nouvel esprit global. Je crois que l’association doit accompagner ses adhérents dans cette évolution inévitable.

Concernant votre métier de communicant, quelles grandes évolutions, quels changements nous impactent ou vont nous impacter ?
Eloi Choplin : L’ère de la surinformation que nous vivons porte en elle de véritables dangers qu’il nous appartiendra d’éviter. Le métier de communicant a pas mal évolué depuis quelques années. En 2012, il doit être au courant des évolutions de son métier et des univers de ses clients ; savoir faire le tri dans ce flot d’information et d’innovations ; éviter certains pièges très à la mode ; ne pas oublier les fondamentaux que sont le dialogue et le contenu ; continuer à avoir du recul sur les choses… bref, le communicant doit pouvoir gérer son temps et être souple pour évoluer avec son métier.

Pour relativiser le propos, je suis tombé sur une interview reprise dans le Monde, d’Anaïs Saint-Jude, directrice du programme Biblio Tech de Stanford. En substance : « Le 17e siècle a vu la conversation exploser, (…) c’était la version moderne de la surcharge d’information. (…) La révolution copernicienne, l’invention de l’imprimerie, l’exploration du Nouveau-Monde… tout cela devait être digéré au fur et à mesure que cela se produisait. (…) Et le service public des postes a été pour nos ancêtres l’équivalent de ce que sont pour nous Facebook, Twitter, Google + et les Smartphones. Des lettres par milliers traversaient Paris chaque jour. Voltaire en écrivait entre 10 et 15 dans la journée. Racine se plaignait de ne pas pouvoir suivre le rythme du courrier qui lui arrivait. Sa boite était pleine, dirait-on aujourd’hui. »

Votre « actu » dans la communication ?
Eloi Choplin : Tout au long de l’année, nous accompagnons nos clients dans leurs problématiques de contenu, d’animation, de présence dans les nouveaux médias mais aussi de veille, de stratégie et de formation.
En ce moment, nous planchons notamment sur l’organisation d’une conférence sur le handicap qui sera diffusée en direct de l’IGS à Paris. Nous préparons la rentrée de notre émission interactive « Les Rendez-vous du futur » avec Bruno Marzloff, Daniel Kaplan puis Axel Kahn comme premiers invités. Nous commençons aussi à déployer des opérations qui jalonneront l’année internationale des coopératives avec le Crédit Coopératif, avec des Assemblées générales, des reportages et des dispositifs participatifs dans les réseaux sociaux.
Dans la rubrique actualité chaude, je suis heureux que mon agence soit la jeune entreprise lauréate aux 1ers Trophées Emploi Bordeaux de l’entreprise citoyenne 2012 remis fin janvier…

Propos recueillis par Pierre Leveugle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *