La saga des portraits de candidats (6) : Olivier Ossard – Publicis Activ

À l’occasion de l’Assemblée générale annuelle de l’APACOM, programmée le mardi 31 janvier 2012, les adhérents seront amenés à voter pour élire de nouveaux administrateurs, futurs animateurs de la vie de notre association.
6 postes sont à pourvoir, 10 adhérents se sont déclarés candidats. Nous vous invitons à les découvrir au travers « La saga des portraits de candidats » dans l’ordre d’arrivée des réponses à notre questionnaire.
Aujourd’hui nous vous présentons Olivier Ossard, Co-Président en charge de la création de Publicis Activ, qui revient avec nous sur son parcours et les raisons de sa candidature.

 

Votre « Bio-Express » :
Olivier Ossard : Originaire de Eymet en Dordogne, collège à Saint-Genès à Bordeaux, puis études d’Histoire Géographie, toujours à Bordeaux.
Ensuite départ à Paris, journaliste dans un journal aujourd’hui disparu « Partir », l’ancêtre français du magazine Géo, donc tour du monde pendant 4 ans, quel bonheur ! Je testais les voyages !

A Paris rencontre avec Jacques Seguela, et parcours de créatif, d’abord avec lui chez RSCG comme concepteur rédacteur, puis parcours logique : créatif chez MAFIA (eh oui c’était le nom de l’agence!!!!) qui gérait Yves Saint Laurent Couture et Parfums, (notamment Opium et Paris sur lesquels j’ai longtemps travaillé), les 3 suisses (le Chouchou), Absorba, etc. Ensuite, Lintas grosse agence américaine (donc gros budgets lessives), directeur de création chez MGTB Ayer, puis Directeur Associé de Taxi Jaune (encore un nom rigolo, mais près de 200 personnes à l’époque ce qui fait plus sérieux !).
Retour voulu à Bordeaux il y a 12 ans, (pour mes 50 ans !) pour devenir Président du directoire EURO RSCG OSSARD LATGE (Bordeaux/Toulouse) puis Vice-président d’YSA OSSARD LATGE.
En 2006, j’ai repris mon indépendance en créant OSSARD (L’AGENCE) avant de rejoindre le Groupe Publicis.
Je suis donc actuellement Co-Président de PUBLICIS ACTIV pour Bordeaux, Nantes, Brest, Nancy et Strasbourg, en charge des créations. Je voyage donc beaucoup mais mon port d’attache est à Bordeaux.

 

Vous candidatez au poste d’administrateur au sein de l’APACOM. Quelles sont les raisons de cet engagement ?
Olivier Ossard : Parler, donner son avis c’est bien, mais au bout d’un certain temps, il est important d’agir. Membre de l’APACOM depuis plus de 10 ans, j’ai vu grandir cette association, il était temps que je m’engage plus, que je donne plus !
Nous sommes 500 aujourd’hui dans cette association et 5000 personnes dans les métiers de la communication en Aquitaine, et pourtant  nous devons encore faire comprendre aux industriels, aux PME, aux institutions qui sont nos clients que nous ne sommes pas leurs ennemis, que nos métiers sont respectables donc doivent être respectés. Que nous soyons agences, conseils, prestataires ou communicants intégrés, nous avons besoin de nous faire entendre d’une seule voix en redéfinissant les règles des compétitions, des rémunérations, de notre façon de travailler, ensemble.
L’APACOM est forte aujourd’hui, demain elle doit être puissante, or nous ne gagnerons pas la guerre de la reconnaissance et du respect de nos métiers en allant au combat en ordre dispersé.
Union, Union, Union !

 

Quels sont les projets développés par l’APACOM sur lesquels vous apporterez votre contribution ? Avez-vous des idées complémentaires que vous aimeriez mettre en œuvre ?
Olivier Ossard : Je pense qu’il est fortement souhaitable que l’APACOM se dote d’un collège agence, valorisation des agences aquitaines. Pourquoi les annonceurs vont-ils chercher à Paris ce qu’ils peuvent trouver ici ? C’est nous qui créons de l’emploi en Aquitaine, pas les agences parisiennes, donc je veux prôner le « Made in Aquitaine ».
Dans un premier temps je compte m’investir, avec d’autres, dans ce projet d’importance.

 

Concernant votre métier de communicant, quelles grandes évolutions, quels changements nous impactent ou vont nous impacter ?
Olivier Ossard : Je ne crois pas aux agences « 360  » parce qu’une seule agence ne sait pas tout faire.
Plus que jamais je crois aux spécialistes, dans des agences spécialisées.
Nous venons par exemple, sur tous nos sites, de créer des structures avec « Carré Noir », spécialiste Design et Packaging, parce que c’est une demande client récurrente.

Il en va de même pour le Digital ou le groupe a racheté des structures spécialisées qui font aujourd’hui du groupe Publicis le leader français du digital.

Regardons la composition des membres de l’APACOM et la diversité des métiers : l’avenir est là !!!

En fait, l’agence de « demain », c’est l’APACOM (rires) !

 

Votre « actu » dans la communication ?
Olivier Ossard : Nous travaillons en ce moment plus spécifiquement sur la campagne de la Foire Internationale 2012, la nouvelle campagne Ociane et sur celle du négociant Dourthe, la prospection sur l’appel d’offres du Conseil Régional Aquitaine (attente de réponse !!!!), des tournages de films pour les surgelés Findus (Croustibat et lasagnes) et pour Tryba (le Sumo), une campagne d’affichage pour Légumes D’aucy, bref un habile mélange entre des budgets locaux, car nous devons être forts sur nos territoires et des budgets nationaux parce que notre vocation est aussi de gérer des marques nationales.

 

Propos recueillis par Jordan Charlet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *