Les MOOCS, bientôt incontournables ?

L’origine des MOOCS (« cours en ligne ouverts et massifs ») remonte à 2001, lorsque le MIT, dans sa stratégie d’internationalisation, mit à disposition l’ensemble de ses cours et supports de cours en ligne via son programme « Opencoursewave ». En 2012, le MIT, déjà précurseur dans le domaine, s’allie à Harvard avec laquelle il lance la platerforme EdX, premier projet de Moocs à proprement parler. Google s’est depuis joint au projet afin d’y apporter sa technologie et d’élargir la zone d’influence du projet à tout autre établissement, institution ou gouvernement qui le souhaite.

Mercredi 2 octobre dernier, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Geneviève Fioraso a présenté les « 18 mesures de l’agenda numérique pour l’enseignement supérieur », parmi lesquelles les MOOCS tiennent un place importante. On peut alors se demander quelles sont les caractéristiques de ce nouveau format, ses avantages, et également quels sont les résultats obtenus dans les universités usant déjà des MOOCS ?

– Les MOOCS sont des documents « online » accessibles à tous, et permettent donc aux universités de réaliser des économies conséquentes, tant au niveau des infrastructures que du personnel enseignant.
– Ils permettent également d’accroître le rayonnement international de l’établissement, son savoir-faire et ses méthodes d’apprentissage étant alors accessible à des étudiants du monde entier
– Enfin, ils pourraient permettre une transformation pédagogique sous-jacente en bousculant les pratiques universitaires traditionnelles sur plusieurs points :

  • Les étudiants peuvent suivre le MOOC d’un référent majeur sur tel sujet et le temps du cours peut ainsi être consacré à un accompagnement individualisé permettant de renforcer l’acquis théorique offert par le cours en ligne.
  • Les MOOCS sont une des solutions possibles au fort taux d’échec en licence dû notamment à la tradition universitaire des cours magistraux. Ils permettent par exemple aux étudiants salariés d’aménager leurs emploi du temps.
  • Ils peuvent faciliter un retour aux études pour les « décrocheurs » ou pour les personnes désirant reprendre leurs études tout en poursuivant en parallèle leur activité professionnelle.

Ces 2 derniers points ont pour avantage le renforcement des partenariats entreprises/établissements universitaires.

Cependant, le taux d’échec constaté par certaines universités les a poussées à renoncer momentanément à ce nouveau format afin d’en étudier davantage les possibilités et ainsi en optimiser le taux de réussite.
Ils pourraient malgré tout permettre un rajeunissement de l’enseignement à distance et donc séduire de nouveaux apprenants, freinés par les modalités actuelles de l’enseignement universitaire français.

C’est dans cette optique que IONIS Education Group lance le premier grand cours ouvert et en ligne sur le marketing et la communication des marques, créant ainsi une ressource documentaire francophone de référence. Initialement pensé pour les enseignants et les étudiants des écoles du Groupe IONIS, le projet est finalement une contribution ouverte et gratuite à la communauté entière du marketing et de la communication, aux étudiants d’autres écoles, aux jeunes diplômés et au grand public.

www.ionisbrandculture.com présente 50 cas marketing et/ou publicitaire incontournables par le biais d’une analyse et d’une synthèse sous forme de documents, de slideshow et d’une bibliographie spécialisée. Chaque cas est décrypté par des experts en communication et de grands publicitaires (Mercedes Erra, Natalie Rastoin, Elie Ohayon, Nicolas Bordas, Olivier Altmann, entre autres…).

Ionisbrandculture

Une nouvelle source de savoir et de culture publicitaire accessible à tous, incontournable pour approfondir ses connaissances.

Margaux Cacheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *