Marie-Laure HUBERT NASSER : Mairie de Bordeaux

Votre « Bio-Express » : présentez-vous en 3 lignes.
Arrivée à Bordeaux il y a 11 ans, j’ai quitté le monde de la communication politique où j’étais Directeur adjoint de la communication de la ville d’Issy-les -Moulineaux pour m’occuper de celle de Congrès et Expositions de Bordeaux. Une entreprise centrée sur le développement de salons professionnels et grand public et sur le tourisme d’affaire. J’ai donc « troqué » les problématiques de proximité, le numérique, la culture et bien d’autres sujets de la vie d’une ville, contre ceux très variés de la viti-viniculture, l’aéronautique, l’environnement, l’habitat et autres sujets de société… Une mission qui m’a fait aimer Bordeaux et m’a permis de renouer avec l’usager, la citoyenneté, ma première passion ! Un temps pendant lequel j’ai pu exercer un autre métier toujours mené en parallèle, celui de journaliste, à TV7 et dans la presse écrite.

Vous venez de prendre de nouvelles fonctions à la Mairie de Bordeaux, quels sont les objectifs que vous vous êtes fixés ?
Marie-Laure Hubert Nasser : Être au plus proche des usagers pour les aider dans leur quotidien. Accompagner l’extraordinaire métamorphose de la ville et la faire rayonner…

Quelles sont les « actus » dans le service que vous animez ?
Marie-Laure Hubert Nasser : Le Forum Social que nous préparons pour  le 27 novembre. Une grande » messe » autour des sujets de notre société avec la préoccupation d’une réflexion transversale sur les problématiques sociales. Au cœur du dispositif, une conférence mettant en scène Michel Serres, Michelangelo Pistoletto et Alain Juppé sur  » Culture et lien social ». Mais aussi la concertation, la vie des Quartiers, la ville digitale et durable, les expositions culturelles, les grands projets d’urbanisme…

Votre coup de cœur  » com’  » de l’année ?

Marie-Laure Hubert Nasser : De l’année… ? L’exploitation de certains faits de l’actualité ! Cela devient un vrai métier.
Un vrai choc publicitaire et visuel, la campagne d’Oliviero Toscani, géante et bleue, habillant presque intégralement le Pont des Soupirs à Venise…Mon cœur va vers la créativité qui fait la magie de nos métiers.

Comment vous projetez-vous dans l’avenir, quelle évolution pour votre métier ?
Marie-Laure Hubert Nasser :
Notre métier sera de plus en plus réel et virtuel. Concrètement au contact des usagers, dans l’analyse précise de leurs besoins pour réécrire l’histoire de notre Cité en manque de sens. Virtuellement dans des réseaux dépassant nos limites et nos frontières … Tout cela à la vitesse de l’éclair.

Propos recueillis par Béatrice Vendeaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *