Pierre Sauvey, à la tête du Club de la Presse de Bordeaux

Pierre-sauvey_mittelDepuis le début du mois de mars, le Club de la Presse de Bordeaux a porté le journaliste Pierre Sauvey* à sa présidence. Ancien trésorier, il succède à Marie-Christiane Courtioux qui a décidé de passer la main car, dit-elle : « Je ne veux pas faire, comme dans les polars, le braco de trop ! »

Un retour de l’histoire pour Pierre qui, pour la 2ème fois, retrouve cette place prestigieuse de Président qu’il avait occupée en 1991 et 1992 !

Pour ceux qui ne connaissent pas le Club, à quoi et qui sert-il ?

Pierre Sauvey : C’est un lieu de rencontre pour les journalistes et pigistes exerçant sur la région, mais aussi les professionnels de l’information et de la communication des entreprises et des collectivités territoriales et les étudiants en journalisme ou en communication. Nous accueillons de nombreuses manifestations : débats, conférences, rencontres diverses. Nous donnons aux journalistes l’opportunité de rencontrer des personnalités dans un cadre moins formel pour des rencontres on ou off : Alain Juppé, Vincent Feltesse, le Préfet, le nouveau procureur, prochainement la Bâtonnière… Nous recevons aussi des chefs d’entreprise.

Vous accompagnez aussi beaucoup les pigistes ?

Pierre Sauvey : Nous avons créé en juin dernier un Club pigiste qui a pour but d’informer les pigistes de leurs droits, des possibilités de formation complémentaire, des méthodes d’amélioration de compétences à leur disposition. C’est aussi les principaux destinataires du programme de formation que nous mettons en place pour apprendre à bien maîtriser Internet, les techniques d’Image, le pluri-journalisme…

Qui sont actuellement vos adhérents ?

Pierre Sauvey : Nous comptons une centaine de journalistes parmi nos adhérents. Les autres membres sont des entreprises, des collectivités, des communicants…
D’ailleurs, nous aimerions bien que ces derniers aient un meilleur réflexe « Club de la Presse » ! Qu’ils pensent à utiliser les services que nous mettons à leur disposition : 3 salles au pied du tram pour des conférences, des rencontres Presse, des petits-déj… notre site Internet pour y publier leurs communiqués, et bien sûr notre annuaire qui est une mine d’informations ! Peu de communicants savent qu’il est possible d’adhérer à l’Apacom mais aussi au Club de la Presse : l’un n’empêche pas l’autre !

Quels sont les grands projets de votre mandature ?

Pierre Sauvey : D’abord conforter ce qui existe, renforcer nos partenariats avec Alimso, les écoles (IJBA, ISIC, EFAP…), le Prix Albert Londres… et bien sûr lancer de nouveaux projets, comme par exemple initier une rencontre sur le thème du Cinéma ou encore, une idée qui a été lancée lors de notre assemblée générale, organiser un événement pour les 35 ans du Club en 2014. A ce sujet, un petit groupe de travail vient d’être constitué et nous faisons appel à tous les bonnes volontés !

Il y a aussi un projet que nous allons peut-être ressortir des tiroirs et qui nous réunit avec l’Apacom : celui de créer une maison commune de l’Information et de la Communication. Cette idée ressemble à un serpent de mer, mais paraît de plus en plus pertinente dans le contexte actuel. Il reste bien évidemment à en discuter les buts, les moyens, le fonctionnement… On ne peut pas faire l’économie d’une telle réflexion commune. Donc j’espère que cela va vite venir à l’ordre du jour de nos deux associations !

 

Propos recueillis par Chantal Carrère-Cuny

*Pierre Sauvey est membre du Club de la Presse de Bordeaux depuis plus de 25 ans. Au cours de sa carrière en Gironde il a collaboré avec tous les types de médias, écrits, radio, TV et aujourd’hui Internet puisqu’il collabore désormais pour Aqui.fr.

2 réflexions au sujet de « Pierre Sauvey, à la tête du Club de la Presse de Bordeaux »

  1. Bonjour, je tenais à vous remercier sincèrement pour votre discours dimanche. J’étais sceptique en venant car encore une fois déchirée par les horreurs de ces criminels mais aussi bafouée par les propos de certains, des médias..qui oublient souvent ce que vous avez rappelé : leur première victime est le monde musulman. Je suis musulmane mais surtout une fille, une soeur, une mère, une amie…et lorsqu’il y a un mort je suis touchée quelque soit sa couleur, son origine… J’avoue avoir peu d’espoir sur une évolution positive. J’espère que toutes les personnes ayant le pouvoir de se faire entendre auront la même intelligence que vous. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *