Portrait Express de Alexis Coppé: 53mondays

Bio-Express : Alexis Coppé, 23 ans, diplômé de l’EFAP Bordeaux au mois de Juin 2009. En juillet dernier, j’ai créé avec Lesly Garreau l’agence de communication digitale 53mondays. Parallèlement je suis co-organisateur de l’événement Barcamp Bordeaux et j’interviens également auprès des élèves de l’EFAP Bordeaux.

Votre « actu » dans la communication ?
Alexis Coppé
: La sortie, la semaine dernière, de Cité-Digitale.com qui est un site communautaire dédié aux professionnels du numérique à Bordeaux. Réalisé par 53mondays, ce site n’est pas la réponse à une demande d’un client ; il s’agit d’une initiative de notre part pour offrir un espace d’échanges à la communauté digitale bordelaise. Actuellement ce site est accessible en version beta et demande encore un travail d’amélioration mais nous recevons beaucoup d’encouragements et les membres inscrits augmentent quotidiennement. Plus d’infos http://www.cite-digitale.com

Votre coup de cœur  » com’  » de l’année ?
Alexis Coppé :
En France, je dirais la campagne pour la pièce de théâtre La Bombe, réalisée par l’agence Buzzman. Pour promouvoir cette pièce qui met en scène une baby-sitter aux attributs certains mettant le couple qui l’embauche en péril, l’agence à réalisé le site Internet BabeSitters.com, sur lequel les internautes peuvent choisir leur nounou en fonction de critères un peu particuliers… Le site est extrêmement drôle, et la révélation est amenée très habilement.

Comment vous projetez-vous dans l’avenir, quelle évolution pour votre métier ?
Alexis Coppé :
Aujourd’hui les entreprises et leurs clients éprouvent un réel besoin d’échanges et de partage, notamment sur le web. C’est la raison pour laquelle de nouveaux profils d’agences, comme 53mondays, voient le jour.
Pour ce qui est de la projection dans l’avenir, la question est de savoir comment les agences conseil historiques (et avec elles les grands annonceurs) vont suivre le cette dynamique.
A Bordeaux, on est encore ancrés dans la culture de l’agence web prestataire, et on ne donne pas toujours la chance à celles-ci d’intervenir en amont des projets, lors de la définition de la stratégie de com’.
Parallèlement, à Paris on observe une vraie «digitalisation» des agences conseil avec deux grandes approches : celles qui recrutent (et débauchent) les meilleurs profils en matière de web et celles qui absorbent des agences digitales. Je pense que le problème va également se poser en ces termes à Bordeaux.

Propos recueillis par Béatrice Vendeaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *