Retour sur le Matin de l’APACOM avec La Tribune

« Enfant de la Garonne » : la formule de Jean-Christophe Tortora ne manque pas d’humour. C’est aussi une profonde réalité. Bordeaux, Toulouse, et plus largement l’Aquitaine sont inscrits dans l’histoire et le présent de ce jeune entrepreneur de presse (35 ans !).

 

Le 1er février dernier, il devient en effet l’actionnaire majoritaire de La Tribune, grand support économique, acquisition qu’il voit comme « une démarche collective et une histoire d’hommes ». Pour relever ce défi, il s’est entouré d’un pool d’investisseurs, dont Alain Ribet et son groupe comprenant Objectif Aquitaine. Et Cyril Zimmerman qui, au travers d’Hi-media, apporte ses compétences dans la régie publicitaire Internet. Car la nouvelle formule repose sur une ambition « mixte » séduisante : diffuser le quotidien en ligne, assorti de formules d’abonnement, et vendre un hebdomadaire sur papier. Soit cent mille exemplaires chaque vendredi, jour où la lecture de ces supports traditionnels enregistre une hausse.

Autre spécificité, de taille : 70 % du PIB français est réalisé en dehors de l’Île-de-France, alors que les régions n’étaient traitées jusqu’ici que par 5 % du journal, et que 75 % des lecteurs étaient franciliens. Désormais, La Tribune entend respecter l’équilibre, grâce aux agences établies dans les dix principales métropoles régionales, chiffre qui sera atteint à la fin de l’année 2012. Pour l’heure, la moitié Sud du pays est couverte. Concernant Bordeaux, et l’Aquitaine, l’antenne est assurée par Nicolas César, journaliste qui, restant en contact permanent avec Alain Ribet, colle parfaitement à la politique générale de la rédaction du groupe : informations, professionnalisme et investigations. « Nos Cent Jours sont dépassés », plaisantaient les deux partenaires devant une salle attentive.

 

Soutenue par un investissement de sept millions d’euros sur trois ans, la voie est donc tracée avec, en ligne de mire, une rentabilité au service des lecteurs, et aussi des salariés, qui détiennent 10 % du capital. Comme quoi, optimisme, réalisme et perspectives peuvent très bien faire bon ménage.

 

Vous pouvez retrouver cet évènement sur Storify.

Crédit photo : Béatrice Vendeaud

 

Pierre Chavot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *