Rue89 Bordeaux sur la Toile le 31 janvier

rue-89-logo_mittelL’équipe de Rue89 Bordeaux a annoncé mardi 21 janvier le lancement le 31 janvier prochain de son site, qui sera la troisième édition locale de Rue89

Au Club de la presse, les trois cofondateurs de Rue89 Bordeaux ont présenté aux journalistes l’origine du projet, indépendant de la rédaction nationale de Rue89 comme de tout intérêt économique ou politique. Ses ambitions : faire vivre le débat local, proposer un contenu et un ton original, donner la priorité à l’enquête et au reportage.

Ils ont également précisé son mode de fonctionnement. La rédaction sera animée par Walid Salem, directeur de la publication, graphiste de formation travaillant avec plusieurs éditeurs bordelais et contributeur à Rue89 depuis 2010, et par Simon Barthélémy, rédacteur en chef, ancien chef du bureau parisien du quotidien régional L’Alsace et journaliste à Terra Eco et 20 Minutes Bordeaux, entre autres supports.

Plusieurs journalistes professionnels pigistes contribueront à alimenter le site, qui vise une publication quotidienne d’au moins deux articles. Des experts et des passionnés sont par ailleurs invités à rejoindre l’équipe, qui peut d’ores et déjà compter sur des blogueurs spécialistes d’éducation, de vin, de rugby ou encore des Girondins…

Rue89 Bordeaux s’appuiera sur la régie publicitaire de Jean-François Belhomme, PDG de 3B Médias, et cofondateur du site.
« Notre objectif est d’atteindre l’audience de Rue89 à Lyon et Strasbourg, entre 50000 et 60000 visiteurs uniques par semaine », indique ce dernier. Les scores du site national de Rue89 à Bordeaux montrent d’ores et déjà une appétence du public local pour ses contenus.
Profil des lecteurs : plutôt jeunes et urbains, entre 18 et 49 ans, toutes catégories socio-professionnelles confondues.
Rue89 Bordeaux s’attèle désormais à séduire des annonceurs pour atteindre rapidement l’équilibre économique, déjà réalisé par Rue89 Strasbourg notamment. Le budget prévisionnel, et non de démarrage du projet comme indiqué par erreur dans une dépêche AFP, est de 70.000 euros par an. Le capital initial est très inférieur à ce chiffre.

Maxime Mézy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *