Yannick Jouenne [Bouche à Oreille] – Saga des nouveaux visages

L’APACOM a le plaisir de compter de nouveaux adhérents et se propose de vous les faire découvrir. Aujourd’hui, c’est au tour de Yannick Jouenne, Directeur général de l’agence Bouche à Oreille, de nous parler de son parcours et de son entreprise.

 

1.  Votre « Bio-Express » : présentez-vous en quelques lignes.

Homme de pub (je suis concepteur rédacteur de formation), j’ai, au fil de mes expériences professionnelles, investi le monde de la communication d’entreprise et des consumer magazines pour devenir rédacteur en chef. J’ai exercé plus de 10 ans à Paris dans plusieurs agences successives comme CREAPRESS ou encore VERBE CONSUMER (Groupe Publicis)… Incontestablement, mon plus beau souvenir professionnel !

En 2000, je décide de rejoindre le Groupe CANAL+ / CANALSAT en tant que chef de rubrique jeunesse et services interactifs. J’ai donc eu la chance de « goûter » à l’esprit Canal !

Fin 2003, c’est une nouvelle aventure qui commence puisque je fonde l’agence de contenu éditorial nemo qui deviendra quelques années plus tard Bouche à Oreille. Pourquoi Bouche à Oreille ? Tout simplement parce que nous avons pour parti pris de ne pas démarcher mais de nous appuyer sur la qualité de nos prestations pour séduire de nouveaux clients. Partenaires de grands groupes de communication comme Young & Rubicam, Publicis, EURO RSCG…, nous apportons également notre savoir-faire rédactionnel aux agences bordelaises : St John’s, Seppa, Parker+Parker, Inoxia

Certains annonceurs font également appel à nous « en direct » (Disney Channel Télévision, la Fédération Française de gym volontaire, Culture Papier, Sanofi Aventis, GlobulX, etc). Notre champs d’action ? Le contenu éditorial dans tous ses états : articles de presse, accroches publicitaires, rapports d’activité, guides, plaquettes, dépliants, textes de spot radio, recherches de noms et de signatures, création de chartes rédactionnelles…

 

2. Votre « actu » dans la communication ?


Nous travaillons, avec EURO RSCG REIMS, à la création d’une nouvelle formule pour un consumer magazine dans le secteur du luxe (définition du rubriquage, élaboration du chemin de fer, propositions de sujets, réalisation des interviews, rédaction des papiers…).

Autre grand projet pour Bouche à Oreille, avec la société audiovisuel et multimédia INEXVIVO autour de la marque GlobulX : conseil éditorial, mise en place d’outils print, fourniture de contenus, etc.

 

3. Votre coup de cœur « com’  » de l’année ?


Il y en aura deux !  Tout d’abord, le spot tv réalisé par Publicis pour la Renault Mégane. Une parodie pleine d’humour de la publicité Opel qui met en avant la qualité allemande. « Grosseeee coup de coeur ! »

Ensuite, le nouveau claim mis en place par l’agence Hémisphère Droit pour Action contre la faim : « Bonne nouvelle. La faim est plus facile à guérir qu’à regarder ». Simple, fort, efficace et tellement vrai ! Et puis, j’aime lorsque la pub se met au service d’une grande cause.

 

4. Comment vous projetez-vous dans l’avenir, quelle évolution pour votre métier ?

 

Avec le développement du numérique, beaucoup ont prédit la mort du papier… et par voie de conséquence, la raréfaction de la demande en contenu éditorial ! Pour ma part, je pense que ces deux supports vont cohabiter et trouver des terrains d’expression complémentaires. A nous d’imaginer et de livrer les contenus éditoriaux adaptés à chacun de ces univers. Nous sommes d’ailleurs amenés à travailler de plus en plus pour des supports numériques : sites internet, magazines en ligne, blogs, etc… La façon d’accéder à l’information change et nous devons, nous aussi, faire évoluer notre manière de rédiger. Mais savoir se renouveler n’est-ce pas la base de notre métier ? Les mots ont encore un bel avenir devant eux !

 

Propos recueillis par Jordan Charlet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *