2017 : Qu’en est-il de la publicité digitale ?

Photo ouedA l’heure où le digital prend une place prépondérante dans notre société, qu’en est-il réellement de la publicité en ligne ? Le Syndicat des Régies Internet (SRI) en collaboration avec PwC et l’UDECAL y ont répondu à travers une étude observant le marché du digital en France.

Globalement, pour le premier semestre de l’année en cours, le marché du digital représente 1,813 million d’euros de chiffre d’affaires en France. Une augmentation qui avoisine les 10% en comparaison à l’année précédente. La publicité en ligne est d’ailleurs le premier média utilisé, loin devant la télé. 33% des investissements sont dédiés à la publicité en ligne contre 28.3% pour la télévision. Des investissements qui ont bien évolué par rapport à l’année 2016 ou la publicité digitale représentait 29.6% des investissements médias.

C’est une croissance générale que vit le digital avec une augmentation de l’ensemble de ses leviers : search, display, programmatique…

Le search, premier levier de la publicité en ligne

Le search représente à lui seul 55% du marché global avec une augmentation de 7 points depuis 2016. Une part d’autant plus importante quand on le mêle aux réseaux sociaux puisqu’ils concernent à eux deux 71% des investissements.

La part du search et des réseaux sociaux est encore plus importante sur mobile où elle représente 92% des parts de marché. Peu de place laissée pour les autres acteurs qui se répartissent seulement 8% du marché digital sur mobile.

Une bipolarisation des tendances display

Le display est le deuxième levier du digital avec 35% de part du marché global. Bien que le search ait une place prépondérante, le display connaît une croissance bien plus impressionnante avec 17.7 points d’augmentation depuis 2016.

Cette croissance s’explique principalement par les réseaux sociaux. Comme pour l’ensemble des leviers du digital, le social a un fort impact. Ce semestre, le social display représente 45% du display avec une croissance de +45.9% par rapport au premier semestre de 2016.

Cette tendance est valable que ce soit sur le display classique ou sur le display vidéo et permet même de compenser l’évolution négative de -2% que connaît le display classique hors réseaux sociaux.

Bien que la croissance du display vidéo hors réseaux sociaux reste satisfaisante et qu’il représente 55% du segment vidéo global, la vidéo « sociale » poursuit son évolution avec une croissance ce semestre de +66%.

Une évolution pour le programmatique

Le programmatique continue son évolution avec une croissance de 42% par rapport à l’année précédente. Une amélioration notable majoritairement au sein du display avec une croissance de 60%. Aujourd’hui, les investissements programmatiques sur le « classique » augmentent de 27% et de 91% sur la vidéo.

Des investissements mobiles faibles par rapport aux usages

Les dépenses allouées au mobile connaissent une augmentation de 29% par rapport à l’année 2016, une forte progression qui semble pourtant faible par rapport aux usages. 68% des connexions se font sur mobile alors que seulement 43% des dépenses search et display sont dédiées à ce dernier.

Léa Jouvie

Sources : Obsepub, blog du modérateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.