Bordeaux et Sup de Pub, récompensés par le Prix de la Campagne Citoyenne

La ville de Bordeaux et l’école Sup de Pub ont reçu le prix de la campagne citoyenne remis par l’AACC dans la catégorie «  Collectivités territoriales ». Un travail collaboratif qui a permis de déclarer  les incivilités commises par les citoyens et ainsi pouvoir faire évoluer le comportement vis-à-vis du respect et de la propreté de la ville.

«  Comment appeler à lutter efficacement contre les incivilités à Bordeaux afin de préserver le vivre-ensemble dans les quartiers de la ville ? ». C’était la problématique posée par la ville aux étudiants de quatre écoles de communication bordelaises, dont Sup de Pub et l’ECV, qui ont été déclarés vainqueurs ex-aequo de ce challenge. Décryptons les campagnes orchestrées par les 2 écoles gagnantes.

sup-de-pub

Donner de la voix contre les incivilités

Le projet conçu par l’école Sup de Pub a fait l’objet d’une campagne d’affichage en juin 2015, d’annonces presse et vidéos sur Internet et les réseaux sociaux.

Après une analyse de la situation, l’équipe des étudiants de 3ème année a constaté que les incivilités commises à Bordeaux découlaient d’un comportement égoïste et individualiste. Ils ont donc réalisé une campagne pédagogique s’adressant à tous les bordelais en prenant comme parti, l’humour, afin de capter au mieux l’attention des citoyens, sans tomber dans le côté moralisateur.

Leur objectif : Faire parler le mobilier urbain et surprendre ! Pour cela, ils ont mis en place un dispositif de « caméra cachée » pour capturer les comportements des passants. Au final, cela donne des réactions spontanées, assez coquasses mais qui prouvent que ce dispositif mis en œuvre fonctionne et permet un véritable changement dans le comportement des citoyens.

Les incivils anonymes

La campagne proposée par les étudiants de l’ECV est une vidéo en deux épisodes, déclinée sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, en clips TV et en affichage. La vidéo met en scène six « malades d’incivilités », avant et après guérison, face à un thérapeute. Chaque personnage comprend une incivilité (ne ramasse pas les déjections de son chien, met les détritus par terre au lieu de les mettre dans la poubelle ou encore les comportements odieux dans les transports communs). Des rencontres qui rappellent celles des réunions d’alcooliques anonymes.

Cette campagne maline, pertinente et décalée s’est déroulée sur 2 mois, de novembre à décembre 2015.

Découvrez également la page Facebook des incivils anonymes.

Maxime Lavandier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.