Com’ on food : l’appétit grandissant des communicants

Vous la voyez de plus en plus en vous baladant sur vos réseaux sociaux préférés. Elle est « Instagram-compatible », elle donne envie, elle vend du rêve : c’est la nourriture ! De plus en plus de marques investissent dans la communication pour donner une belle image de leurs produits ou de leurs concepts. Plongée dans cet univers prometteur (et appétissant).

Flying foodLa nourriture comme culture

Pour 9 Français sur 10, la nourriture est avant tout un plaisir et ils sont prêts y mettre le prix. Leur budget mensuel côté alimentation s’élève à 295€. 90% des millennials considèrent que la nourriture est le premier pilier du bien-être.

Une étude réalisée par l’agence DISKO révèle que 61% de ces mêmes millennials préfèrent investir dans un dîner dans le dernier restaurant à la mode que dans une paire de chaussures. Plus la moitié (52%) choisissent un festival culinaire à un événement musical.[1]

La nourriture fait partie intégrante de la culture française. Quelle que soit la région dans laquelle on vit, les aliments du terroir ont la part belle dans les épiceries, les magasins de souvenirs et même les supermarchés. Chaque région a son fruit, son fromage, sa viande, sa spécialité et ses traditions culinaires.

Des écarts générationnels…

Attention, donner une grande place à la nourriture ne veut pas dire que l’on consomme tous de la même façon. Et ça, les entreprises l’ont bien compris.

Pour la frange la plus âgée de la population, il s’agit de « manger parce que c’est bon », alors que pour les plus jeunes il est plus important de « manger parce que c’est beau ». Pour les premiers, manger est un geste naturel ancré dans les mœurs tandis que pour les seconds, manger est un geste social.

Food series

Sur Instagram, sur Pinterest, sur YouTube ou encore sur Snapchat, la nourriture est omniprésente. A titre d’exemple, sur YouTube 1,5 milliards de recherches liées à la nourriture ont été enregistrées en 2017. Sur Instagram ce sont 300 millions de #food sur l’année. A titre de comparaison, le #travel n’enregistre que 57 millions de mention.

En plus d’être un geste social, manger peut devenir un acte social engagé. Véganisme, végétarisme, alimentation sans lactose ou sans gluten, ces nouveaux régimes alimentaires motivés par une volonté de bien-être ou pour des raisons éthiques sont nombreux et bénéficient d’une visibilité grandissante sur la toile.

… dont les entreprises (et les communicants) tirent profit

Les entreprises profitent de cette culture qui rassemble unanimement les Français autour de la nourriture. Elles ont tout intérêt à faire attention à leur image en ligne : c’est là que les communicants interviennent. Photos calibrées, aliments taillés et disposés au millimètre près : se faire remarquer sur les réseaux sociaux, c’est gagner des clients.

Sugar foodCette hypothèse est valable pour tous les publics et toutes les générations. Certains sont attirés par une communication basée sur les emojis et sur les légumes trop beaux pour être vrais ; d’autres sont charmés par une communication qui met en valeur les savoir-faire des « mamies » dans leur cuisine traditionnelle.

L’agence Logic Design l’a bien remarqué : la tendance « granny » tient une place de choix dans nos assiettes. A l’ère du digital qui nous déconnecte du monde réel, le retour aux sources est devenu un véritable besoin partagé par la majorité de la population. Avec ça, il y en a pour tous les goûts !

Du fast-food à la cuisine étoilée en passant par les plats préparés, les marques ajoutent quelques bougies à leurs égéries. On citera Tipiak, bien sûr, qui a fait de ses trois grands-mères bretonnes une véritable saga, mais on pense aussi à Charal et Coca-Cola qui renversent les clichés sur la vieillesse dans leurs dernières campagnes de communication.[2]

Beau, bon, éthique : 3 mots d’ordre incompatibles ?

A cette question, certains vous répondront que non, on ne peut pas manger du beau qui soit bon pour nos papilles et pour la Planète. La plupart des Français font leurs choix selon leurs envies immédiates.

Artistic foodD’un côté, le marché de la livraison en ligne prend toujours plus d’ampleur et totalise 40% des achats de nourriture. Les millennials consacrent 44% de leur budget nourriture aux restaurants et à la livraison à domicile.

De l’autre côté, en adéquation avec la volonté de consommer plus responsable, les Français ont envie de consommer plus sain. La priorité est désormais donnée aux fruits, légumes, plantes et légumineuses. 70% des Françaises et des Français sont prêts à changer leur consommation pour des produits plus responsables car ils ont été sensibilisés au gaspillage.[3]

Finalement, quel que soit votre âge ou votre régime alimentaire : à taaaable !

.

Julie Cazalis

.

Sources :

[1] Revue l’ADN

[2] Revue l’ADN

[3] Dossiers de l’ADN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.