Découvrez Naddymess, le Gorafi des startups

C’est vendredi, et qui dit vendredi dit… weekend ! (pour la plupart des lecteurs de ce blog). Donc, en ce vendredi 27 avril, place à l’humour. Vous connaissez Le Gorafi, le site d’information parodique ? Et bien découvrez Naddymess, le site d’information en ligne qui parodie Maddyness, journal sur les startups qui attire plus de 500 000 lecteurs. L’APACOM approuve !

Peut-être vais-je faire d’une pierre deux coups dans cet article et vous faire découvrir non pas un mais trois médias ?

Maddyness, journal de référence dans l’univers des startups

Maddyness logoMaddyness est né en 2012 et a rapidement trouvé sa place dans l’écosystème des startups françaises. Devenu un incontournable pour les acteurs de la finance, des médias, des nouvelles technologies et de l’innovation, Maddyness délivre chaque mois une information de qualité à plus de 500 000 lecteurs.

Sur leur site web, Maddyness se définit de la sorte : « Inspiration, conseils, actualités, enquêtes mais aussi fiches pratiques et outils, le média des startups et de l’innovation s’adresse à tous, qu’ils soient néophytes ou experts. »

Son objectif ? « Fournir à nos lecteurs un aperçu de ce que sera l’avenir des entreprises, de la culture, de l’innovation, des technologies et des sciences. »

Le Gorafi, père spirituel de Naddymess

Le Gorafi logoLes médias nous bombardent d’informations toutes plus sérieuses les unes que les autres. Le Gorafi, qui est né pendant la campagne présidentielle de 2012, avait parfaitement compris cela et a réussi à surfer sur la vague des informations politiques en misant sur l’humour.

La mayonnaise a pris, visiblement, car à l’heure où j’écris cet article 1,15 million de personnes suivent Le Gorafi sur Twitter (à titre comparatif Le Monde possède 7,9 millions de followers, Libération 2,8 millions, Le Figaro 2,9 millions et Sud Ouest 430 000). Au milieu d’un fil d’actualité monopolisé par les informations relatives à la politique, à l’économie ou au monde professionnel, les articles humoristiques sont une bouffée d’air frais.

Naddymess, on aime ou on adore

Outre l’inversion ingénieuse des lettres –n et –m entre Maddyness et Naddymess, on notera que « mess » en anglais veut dire « désordre » ou « bordel ». Lorsqu’on arrive sur le site internet de Naddymess, le ton est donné : « Ici, l’actualité startup et innovation disruptée avec bienveillance ».

Naddyness screenshot

Capture d’écran : Naddymess

Déjà, le titre du premier article mis en ligne nous fait rire : « Malaise : elle confond le CDO avec la CFO alors qu’en fait, c’était au CMO de traiter ça avec le CHO ». Une jolie pique adressée à tous les utilisateurs compulsifs de sigles, abréviations ou acronymes. Une petite dizaine d’articles a été publiée jusqu’à présent, et ce n’est que le début pour ce média prometteur.

Naddyness deviseNaddymess possède également ses propres réseaux sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn) et même son propre flux RSS. La bonne action de ce vendredi, c’est d’aller s’abonner à leurs actualités ! A l’APACOM, on dit oui.

Belle route à eux !

.

Julie Cazalis

.

Crédits photo: site officiel de Naddymess

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.