Interview d’auteurs : La communication pas à pas d’Émélie Gooding et Agnès Buys Mauléon

Pssst ! Venez les rencontrer à Mollat jeudi 15 octobre.

livre la communication pas à pas

Mais pour l’heure, petite interview exclusive pour l’Apacom. À l’occasion de la sortie de leur livre disponible aux éditions Vuibert dans la collection Pas à pas destinée aux entrepreneurs, les deux co-auteurs nous ont accordé une rencontre privilégiée pour revenir ensemble sur son écriture.

Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur vous ?

 E.Gooding_apacom

Émélie : J’ai commencé à travailler dans des institutions nationales parisiennes après un master en management de projets culturels. Puis j’ai été Communication Manager à mon compte pendant trois ans pour des projets culturels. Aujourd’hui, je suis responsable communication du Musée des Arts Décoratifs et du Design de Bordeaux.

Agnès buysMauléon apacom

Agnès : Je suis actuellement responsable du marketing et de la communication pour i2S, PME à Pessac, et également intervenante à l’ISEG Marketing & Communication School en Stratégie de Communication Internationale. Auparavant, je me suis occupée du marketing et de la communication pour diverses entreprises (startup, TPE et PME), pour les amener à l’international pour la plupart.

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ce livre ?

A : En juillet 2014, les éditions Vuibert recherchaient un professionnel de la communication pour ce projet. Mon profil leur a plu. Je n’avais jamais écrit d’ouvrage de ma vie et j’avais besoin d’une personne qui ait des compétences complémentaires notamment en digital. Nous nous sommes rencontrées avec Emélie et le projet était lancé.

E : Je suis venue compléter les compétences d’Agnès sur le local et le micro-local. Je m’étais inscrite dans une coopérative d’entrepreneurs. Quand Agnès m’a contactée, j’ai surtout pensé aux personnes rencontrées là-bas : maréchal ferrant, réparateur de vélo… qui voulaient développer leur activité mais ne savait pas par où commencer.  Pensant à eux et à d’autres, j’ai vu dans ce projet de livre l’opportunité d’écrire un ouvrage didactique depuis l’idée du projet jusqu’au développement international.

: la communication n’est pas une matière qui est abordée sur tous les bancs des études. Pourtant elle a un rôle central pour créer et développer son activité quel que soit le secteur. Donc avec Emélie, nous avons voulu apporter de la méthode et des connaissances pour donner une chance à tous les entrepreneurs (futurs ou actuels), exemples : communiquer sur ses USP (unique selling points), adapter son message selon sa cible, etc.

Comment avez-vous pensé ce livre ? Pour quel type d’usage ?

E : Nous avons été dans la sélection des points importants de la vie d’une entreprise : Démarrage de l’idée, Naissance de l’entreprise, 1 an, 3 ans, 5 ans.

Agnès sourit : comme dans une relation amoureuse ! En fait ce livre peut à la fois être un guide gardé sous le coude pour faire le point de temps en temps, tout comme il peut très bien se lire d’un trait.

: Ce qui nous a beaucoup inspiré aussi c’est la rencontre d’entrepreneurs d’univers très différents : entreprise de nettoyage, startup… qui nous ont apporté un vrai témoignage et leur expérience quant aux difficultés rencontrées. Cela nous a permis de voir leurs préoccupations. Par exemple nous avons décidé suite à l’une de ces rencontres, de dédier un chapitre au sujet « trouver un nom » : car même si c’est un sujet évident pour un communicant, c’est une question qui préoccupe beaucoup les entrepreneurs.

Quels messages voulez-vous transmettre ?

: Il y a en toile de fond notre envie de casser les idées reçues. Premier message : la communication c’est un métier. Ensuite, elle a une porosité avec la stratégie commerciale et le marketing mais elle ne se confond pas avec eux. Sur ce point, l’expérience d’Agnès a été déterminante pour marquer les frontières. Enfin, outre que la com’ est selon nous extrêmement nécessaire à l’entreprise, nous avons voulu démontrer qu’il était possible d’avoir une stratégie de communication et un plan d’action sans que ce soit  forcément onéreux. L’important est de garder du bon sens. Nous pensons qu’il n’y a pas de «budget type » mais plutôt que l’essentiel est l’objectif que l’on se donne. Toute la stratégie en résulte.

A : Aujourd’hui, dans la relation marque/client (et pas uniquement dans le B-to-C) c’est le client qui choisit le canal par lequel il veut être en relation avec la marque. Donc les entreprises ont d’autant plus intérêt à multiplier les canaux (traditionnels et digitaux). De ce fait, d’une part un entrepreneur doit penser à les développer, et d’autre part de nouveaux métiers apparaissent, sans tuer les professions existantes, on aura toujours besoin d’attachés de presse et de graphistes.  Donc ce livre a véritablement pour but de donner des clés en matière de communication pour que l’entrepreneur puisse atteindre son objectif (développer une image, construire une réputation, conquérir de nouveaux marchés, fidéliser des clients etc.). La communication est une matière vivante. Il faut donc aussi penser à la faire évoluer avec le développement de l’entreprise. C’est la raison pour laquelle nous avons aussi décidé de dédier un chapitre entier à la com’ interne. Car une entreprise c’est aussi une vie sociale. Les salariés en sont les premiers ambassadeurs, il faut qu’ils y croient.

Quelle est selon vous la règle la plus importante en communication pour un entrepreneur ?

E : Savoir se présenter, être le VRP de son entreprise est absolument essentiel, savoir se tenir, adopter les bonnes attitudes, marquer les esprits. Ce n’est pas évident. Parce que l’entreprise est quelque chose d’intime et personnel à l’entrepreneur.

: Cela entraîne une dynamique que nous abordons dans le livre. Les meilleurs orateurs travaillent des heures sur le fond et ensuite sur la forme. Il n’était pas inné pour Steve Jobs de faire de grands shows en claquant des doigts. Pour les hommes politiques idem. Barack Obama fait partie de ces personnages à l’apparente aisance, comme s’ils avaient ça dans la peau. Mais ça se travaille. Donner envie, faire aimer, faire acheter : c’est la démarche.

Un dernier mot ?

: Tant qu’il y aura des hommes, on communiquera.

Propos recueillis par Jérômine Pénet

Ne râtez pas leur présence chez Mollat jeudi 18h00 !!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.