#JournéeDesFemmes2018 : elles sont à l’honneur du Global Start-up Weekend !  

Nous sommes le 8 mars, c’est la Journée Internationale des Femmes. Officialisée par les Nations Unies en 1977, cette journée reste brûlante d’actualité. Tant que les femmes et les hommes ne seront pas égaux, nous la célébrerons.

#JournéeDesFemmes #InternationalWomenDay #JDF2018 #IWD2018

Un Global Start-up Weekend… Women !

Pour cette #JDF2018, l’APACOM met en lumière le Global Start-up Weekend, dont la finale avait lieu à Paris le 7 mars. Cet événement international, organisé dans 22 villes dans le monde entier, met en relation des centaines de femmes entrepreneures pour laisser émerger des concepts innovants qui pourraient se transformer en start-ups. C’est aussi ça, le pouvoir de la communication !

global-women

Bordeaux était la seule ville française, avec Paris, à accueillir le Global Start-up Weekend Women en février. La France a donc envoyé deux délégations pour affronter (entre autres) la Chine, les Etats-Unis, l’Algérie, l’Azerbaïdjan, le Sénégal et l’Australie.

La devise du Global Start-up Weekend Women? “Empowering Women to be the innovators they were born to be” (“Donner le pouvoir aux femmes de devenir les innovatrices qu’elles sont nées pour être”), c’est-à-dire le renforcement du pouvoir d’action des femmes au sein de leurs communautés. Un hashtag a également été créé pour l’occasion : #JoinTheWave

La stratégie de communication à l’international a été construite autour de 3 idées :

  • L’action : Connecter les communautés « Start-up Weekends » à travers les monde
  • L’objectif : Soutenir la place des femmes pour un écosystème entrepreneurial plus diversifié et inclusif
  • Le message : Faire comprendre au monde que l’innovation technologique ne se fera pas sans ELLES !

« No talk, all action » à Bordeaux pour le Start-up Weekend Women

Plus de 120 entrepreneures se donc sont retrouvées au Hangar 18, à Bordeaux, du vendredi 9 au dimanche 11 février pour faire fleurir leurs idées de start-ups. Les hommes, en nombre limité, pouvaient également participer mais devaient rejoindre le projet d’une femme, puisque tous les chefs d’équipe étaient des cheffes d’équipe.

Startup wkd Bdx

Le vendredi soir, les groupes se sont formés pour une durée de 54h. Le samedi et le dimanche, avec l’aide de mentors bienveillants, les groupes ont créé leur projet de start-up puis l’ont présenté au public. Puis un jury composé d’entrepreneurs confirmés, d’investisseurs et de partenaires a récompensé 3 projets (1er, 2ème et 3ème prix) et remis un prix spécial à une start-up déjà créée.

Cette immense campagne de communication autour du pouvoir des femmes dans l’entreprise permet de remettre les femmes au cœur du processus décisionnaire. En effet, seuls 30% des chefs d’entreprises sont des femmes, et ce chiffre tombe à 10% lorsqu’on évoque les entreprises technologiques innovantes. Les cinq Bordelais qui ont bâti le Start-Up Weekend Women à Bordeaux l’assurent : c’est ce genre d’événement qui fédère les plus beaux projets et qui permet de découvrir les nouveaux talents féminins.

Focus sur la gagnante du prix spécial du Start-up Weekend Women Bordeaux

Elle s’appelle Christina Boixière, elle vit à Bordeaux depuis 2015 et elle a créé sa start-up La Voyageuse avec son mari. La Voyageuse s’adresse aux femmes qui souhaitent voyager mais qui ont peur de partir seules. Cette plateforme en ligne promet un hébergement entre femmes entièrement sécurisé (déjà plus de 200 hébergeuses francophones et anglophones !). La start-up a convaincu le jury du Global Startup Weekend Women à Bordeaux, qui lui a octroyé le prix spécial.

La Voyageuse

Interrogée par « Les Echos Start » après la remise de son prix, elle raconte que « c’est parce qu’elle avait trop entendu ses copines voyageuses lui raconter leurs expériences de harcèlement sexuel et qu’elle-même avait subi ce genre de mésaventures [qu’elle] a imaginé La Voyageuse ». Depuis, son entreprise ne cesse de gagner en reconnaissance et en visibilité grâce à la mobilisation de nombreux hommes et femmes sensibles à ce beau projet.

Comment elle s’y prend ? En appliquant un système de vérification des profils très rigoureux et continu. “Nous contrôlons l’identité, l’adresse postale et les réseaux sociaux des voyageuses solos comme des hébergeuses, nous les appelons pour s’assurer de leur motivation et leurs intentions, nous menons des enquêtes de satisfaction…” indique la start-upeuse au journal.

L’APACOM souhaite une bonne route à Christina Boixière, à toutes les entrepreneures et à toutes les femmes ! Le 8 mars, c’est toute l’année !

Julie Cazalis.

Sources :

Global Start-up Weekend Women

Site de la finale du Global SW Women

Site du Global SW Women Bordeaux

Article des Echos du 27 février 2018 (pour accéder à la version complète, c’est )

Site web de “La Voyageuse”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.