LA DATA SE MET AU VERT

Dans une société actuellement en déclin sur le plan écologique, tous les moyens sont bons pour trouver des solutions contre le réchauffement climatique. Le développement des géants de l’informatique avec leurs data centers contribue au problème du réchauffement climatique et de l’augmentation de CO2 dans l’air. Une des solutions présentée aujourd’hui : Le Green Data !

green_datacenter

Les data centers gaspillent 90% de l’énergie qu’ils consomment, et le refroidissement est l’un des plus grands consommateurs d’énergie de n’importe quel centre de données. Pour chaque watt de puissance nécessaire à l’exécution d’un serveur, un watt supplémentaire est nécessaire au refroidissement du système.

La nouvelle tendance pour ces grandes entreprises est de se mettre au vert. Google, Microsoft, Apple, Facebook se mettent à la tendance du “Green Computing” en misant sur de nouvelles méthodes.

Enjeux financiers, d’images et d’enjeux environnementaux sont étroitement liés et expliquent en grande partie cette course aux infrastructures écolos.

Quelques exemples

  • Google a construit dans la baie de San Francisco, un énorme data center flottant qui produirait sa propre énergie à partir des mouvements de la mer, et qui utiliserait l’eau pour le refroidissement.
  • Orange a inauguré son centre de stockage de 16 000 m² à Val-de-Reuil en Normandie.
  • Facebook qui est l’un des sites les plus polluants de par l’utilisation de sources d’énergies issues du charbon pour approvisionner ses data centers, s’engage dans un communiqué à améliorer l’efficacité énergétique de ses centres.

Les pays scandinaves ont besoin de moins d’énergie pour le refroidissement grâce à leur climat. Le fabricant HP a progressé dans le « Dynamic Smart Cooling », qui est un système dans lequel les centres de données sont modélisés et contrôlés, afin de permettre aux systèmes de refroidissement de s’adapter aux changements de température en temps réel.

Ces solutions sont-elles vraiment efficaces ?

Les économies réalisées par les green data sont conséquentes. Néanmoins un data center consommera toujours plus d’énergies que ce dont il a besoin pour faire tourner ses machines. Il n’y a pas de solutions miracle, même si on peut limiter les dégâts.

De plus, il faut aussi prendre en compte le fait que d’ici 2020, l’univers numérique doit, en principe, doubler de taille tous les deux ans ! Une croissance en grande partie liée à l’envolée du « cloud », l’informatique dans les nuages, cette nouvelle façon de délivrer ou d’avoir accès à ses ressources informatiques.

Seul l’avenir nous dira si ces green data centers sont une solution durable ou pas.

Maxime Lavandier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.