La vidéo sur les réseaux sociaux : oui mais à quel prix ?

ados-et-reseaux-sociaux-le-role-des-parentsA l’heure où les réseaux sociaux sont toujours plus gourmands en vidéos, le communicant se trouve embarqué dans une course effrénée à l’image, pour tenter de faire émerger sa marque sur la toile. Avec une problématique de moyens techniques – et donc de coût – sans commune mesure avec le traditionnel contenu écrit.

Pour ceux qui douteraient encore de l’importance d’intégrer la vidéo à sa communication, il est utile de rappeler quelques chiffres. Selon une étude publiée par HighQ, en 2017, la vidéo représente 74% de la totalité du trafic sur Internet et croit à une vitesse exponentielle, puisqu’en 1 mois, plus de contenu vidéo est uploadé sur le web que la télévision n’en a créé en 30 ans !

Quelques autres données marquantes ressortent de cette étude : 55% des gens regardent des vidéos en ligne chaque jour et 78% au moins une fois par semaine ; 500 millions de gens regardent des vidéos sur Facebook chaque jour tandis que 10 milliards de vidéos sont vues quotidiennement sur Snapchat.

De son côté, Youtube annonçait, fin février 2017, avoir dépassé le milliard d’heures de vidéo visionnées chaque jour ! En France, selon Médiamétrie, Youtube génère plus de 4 millions de visiteurs uniques par jour et 25 millions par mois sur smartphone. La plateforme accueille quotidiennement 1 Français sur 2 de 16-44 ans, et pour 2/3 d’entre eux, plusieurs fois par jour.

Les annonceurs ont bien compris l’intérêt d’être présent sur ces médias, comme en témoignent les 50 millions de fan pages existant sur Facebook. Car si 64% des utilisateurs consomment des vidéos pour se divertir, 52% viennent pour s’informer, et 1/3 des acheteurs sur Internet sont allés voir une vidéo sur Youtube avant d’acheter le produit. Aujourd’hui, 90% du top 100 des plus gros annonceurs TV en France incluent d’ailleurs Youtube dans leurs plans médias.

Si l’on voit bien à quel point la vidéo est devenue incontournable pour une marque, encore faut-il savoir quoi dire… « Ce n’est pas la même chose d’écrire du contenu que de produire une vidéo », souligne Guillaume Dardier, fondateur de l’agence Sodium Digital. « Le métier du community manager est de penser du texte tandis que créer une vidéo fait appel à d’autres compétences. » Produire une vidéo de qualité exige en effet des moyens – techniques et financiers – que toutes les entreprises ne peuvent pas s’offrir. Dans cette course effrénée à l’innovation, où le live devient une habitude et la réalité virtuelle ou augmentée, le nouvel eldorado, va-t-on vers une communication à 2 vitesses ? Et, dans ce contexte, comment se différencier et se démarquer ? « Le plus important selon moi est de retourner à l’essence de ce qui fait une communication réussie : le message », rappelle Guillaume Dardier. « Et même si les réseaux sociaux appellent à ce qu’on les alimente toujours plus, il vaut souvent mieux faire le choix de réduire la quantité de ce qu’on y diffuse, au profit de la qualité. En clair, cibler des moments clés où il s’avère pertinent de prendre la parole en vidéo, avec un message bien travaillé. »

Marion Blanchet

Autres sources : http://www.blogdumoderateur.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.