Le réseautage, un plaisir avant tout…

Belle affluence pour ce 18/20 de l’APACOM du jeudi 26 avril, qui s’est déroulé à l’espace Nomade de Mériadeck, avec des participants très intéressés par le thème : comment réseauter efficacement ? Un atelier animé par Catherine Sarnow, vice-Présidente de l’APACOM, qui a co-fondé l’organisme de formation et de conseil ActifRéso.

Trois notions caractérisent le réseautage : nouer des relations, les entretenir et s’entraider. Oui, mais nouer des relations n’est pas toujours simple pour certains, plus introvertis ou timides.

« Procédez par affinité, conseille Catherine Sarnow. Le meilleur moyen de réussir à s’intégrer dans un cercle et à se constituer un tissu relationnel satisfaisant est d’aller vers des personnes avec lesquelles on partage des centres d’intérêt et surtout des valeurs. »

18-20 réseau 1

Grandir, s’épanouir

Envisager le réseautage sous le seul angle du business et des opportunités d’affaires n’est pas la bonne approche. Il est plus réjouissant de nouer de nouvelles relations pour élargir ses horizons, s’enrichir, échanger.

Pour y parvenir et selon leur tempérament, certains privilégient l’approche directe : je ne connais pas mais j’appelle ou je vais me présenter sans préalable. Et/ou l’approche indirecte, qui fonctionne par recommandation.

Ce cas de figure implique 3 personnes : le « demandeur », qui souhaite entrer en contact avec une personne précise, que nous appellerons ici le « connecté », via un interlocuteur commun qui jouera le rôle du « connecteur ». Pour être réussie et convenir aux trois individus, cette mise en contact doit respecter certaines règles : la mise en relation doit être pertinente, autrement dit elle doit être porteuse d’intérêt pour le demandeur et le connecté. Il appartient donc au connecteur, qui connait les deux parties, de valider cette pertinence.

Enfin, attention à ne pas « sauter » sur le connecté en lui demandant un job ou une affaire dès la première rencontre. Il convient d’abord d’établir une relation, de voir si elle fonctionne et si affinités, de la développer par la suite.

Etes-vous plutôt empirique ou méthodique ?

18-20 réseau 2Là encore, plusieurs méthodes cohabitent, l’idéal étant de les mixer.

Si certaines personnes se laissent guider par l’instant, l’observation et les rencontres au fil de l’eau, sans établir de plan d’action particulier, d’autres sont plus organisées. Elles définissent une stratégie, des cibles à atteindre et font des reportings réguliers.

« Pour y parvenir, explique Catherine Sarnow, il est important de travailler le marketing de soi : avoir confiance en ses compétences, préparer son pitch, tenir à jour ses profils sur les réseaux sociaux etc. » Selon l’un des enquêtes américaines du Referral Institute, 6,5 heures par semaine est le seuil minimum pour réseauter efficacement.

En conclusion, Catherine Sarnow reformule ce qui incarne à ses yeux l’esprit réseau : partager des valeurs et adopter les usages du groupe ; être curieux et attentif ; être authentique ; pratiquer des échanges gagnants-gagnants sans être calculateur ; donner à bon escient ; construire une relation dans la confiance et enfin, savoir qualifier sa recommandation.

Merci à Catherine d’avoir animé cet atelier, merci à la commission du 18/20 de l’avoir organisé et merci aux membres présents d’y avoir participé. Mention spéciale à Claire qui a rédigé le compte-rendu de cette manifestation.

Compte-rendu de Claire Goutines

Article de Julie Cazalis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.