L’empreinte carbone sur le web, pas si virtuelle que ça !

Publié le par chez APACOM. Modifié le

Il y a 8 ans, Greenpeace demandait aux plus grandes entreprises du numérique de s’engager pour un approvisionnement basé à 100 % sur des énergies renouvelables. En 2013, Facebook, Apple et Google ont ainsi initié les démarches pour un Internet plus vert, suivis depuis par une vingtaine d’entreprises.

Rappelons que le web, en engloutissant des quantités considérables d’énergie, représente à ce jour l’équivalent de l’ensemble des vols civils mondiaux (soit plus de 609 millions de tonnes de CO2*). En 2020, nous serons 5 milliards d’internautes et le trafic Internet mondial devrait tripler. Cette mobilisation représente donc un enjeu fondamental dans nos efforts pour réduire notre empreinte carbone.

Le rapport annuel « Clicking Clean » dévoile en ce début d’année le classement des géants du net : transparence de ces entreprises en matière d’approvisionnement énergétique et nature de l’énergie qu’elles utilisent (renouvelables ou énergies sales) y sont notamment décryptées. Avec 67 % d’énergie « propre », les réseaux sociaux Facebook et Instagram se hissent sur le haut du podium tandis que Twitter et Pinterest, qui décrochent un F, font partie des plus mauvais élèves.

green it 2 Green it 1

En bas du classement, figure également Netflix. En 2015, le streaming vidéo captait 63 % du trafic web mondial et ce chiffre devrait atteindre 80 % en 2020. Face à l’urgence d’une prise de conscience de Netflix, Greenpeace a conçu une campagne de mobilisation pour pousser le géant du streaming vidéo à abandonner les énergies polluantes.

De notre côté, nous pouvons aussi adopter des comportements plus responsables : regarder un film en basse définition permet par exemple de consommer quatre à dix fois moins d’énergie qu’un visionnage du même fichier en haute qualité graphique. Quant à notre boîte emails, il est bon de faire un grand nettoyage : vider la corbeille, la boîte d’envoi, se désabonner des newsletters que nous ne lisons pas… Et pour aller plus loin, l’Ademe a édité un guide pour limiter nos consommations d’énergie liées aux TIC au bureau : Guide pratique Internet, courriels : réduire les impacts

Prêts pour répondre à ce défi ?!

Céline Réveillac

* Source : https://www.greenit.fr/2015/05/12/quelle-est-l-empreinte-environnementale-du-web/

 

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Retour sur Apacom Show #4 : Un élan de bonne humeur pour soutenir « Vendanges d’idées »

Lundi soir, devant 140 personnes, les communicants aquitains (des jeunes, des moins jeunes et mêmes [...]

Lire la suite

Le Node accueille la 3ème édition de TEDxToulouse

Le Node Bordeaux, par l’intermédiaire d’Aquinum (qui porte depuis 2 ans l’organisation du Tedx Bordeaux) [...]

Lire la suite

Info flash votez pour le Prix des Internautes aux Trophées de la Com. !

Mercredi 21 octobre a lieu à Toulouse la grande soirée de remise des prix des Trophées [...]

Lire la suite