Plastic Ocean, ou le plastique qui tue

Le mardi 10 avril, l’ONG défenseure de la faune marine Sea Shepherd et l’agence FF New York lançaient la campagne “Plastic Ocean”. Avec cette campagne de communication choc, elles veulent mettre un coup de projecteur sur le sujet dans les médias et sur les réseaux sociaux. Le but ? Faire changer les mentalités durablement.

Une campagne de communication qui choque et qui émeut

Trois visuels et une vidéo dénoncent la présence du plastique dans l’océan. Réalisé à partir d’images de synthèse, le film aux ambiances de ballet onirique dévoile des animaux marins englués dans un liquide visqueux coloré et collant… une sorte de chewing-gum géant. Puis l’atmosphère se crispe, les couleurs s’assombrissent, les animaux se débattent de plus en plus… et l’on distingue alors leurs cris : des appels de détresse. Les animaux suffoquant se démènent dans du plastique.

Un résultat esthétique qui met mal à l’aise, qui interpelle, qui montre l’envers de décor. L’objectif est atteint. Cette campagne vise à atteindre les Millenials et la Génération Z, dont la prise de conscience sur une réduction drastique de l’usage du plastique est capitale. Car les déchets de l’océan menacent la faune marine, et avec tout, notre écosystème et les générations à venir.

3 visuels

Chaque année, plus d’un million d’animaux sont tués par des déchets plastiques

Selon une étude parue dans la revue scientifique Science Advances, 320 millions de tonnes sont produites chaque année et 8,3 milliards de tonnes de plastique ont été produites dans le monde entre 1950 et 2015. Portés par le vent et la pluie, nos déchets plastiques (sacs, bouteilles, emballages, microparticules) s’agrègent dans les océans et tuent plus d’un millions d’animaux marins par an. Un rapport (étude réalisée par la fondation de la navigatrice Ellen MacArthur) estime que d’ici 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans nos océans.

Assénant le coup fatal, le Capitaine Alex Cornelissen a déclaré au Huffington Post : “Ce que nous avons causé, nous devons maintenant le réparer”. Le PDG de Sea Shepherd Global, ONG internationale de protection des océans est connu pour ses actions coup de poing, son franc-parler et sa maitrise des outils de communication digitale. Les campagnes de communication de son organisation sont toujours un véritable succès sur la toile.

En France, le gouvernement vise un objectif de 100 % de matières plastiques recyclées d’ici 2025, contre 21% aujourd’hui. Un objectif inatteignable selon les acteurs du secteur.

En attendant, à Bordeaux, deux copains conçoivent le premier bateau propulsé grâce aux déchets plastiques pour une expédition de 3 ans autour du monde : www.plasticoyssey.org

 

Céline Réveillac

Enregistrer

Enregistrer

Une réflexion au sujet de « Plastic Ocean, ou le plastique qui tue »


    Warning: call_user_func() expects parameter 1 to be a valid callback, function 'twentyeleven_comment' not found or invalid function name in /home/users5/a/apacom/www/apacom/wp-includes/class-walker-comment.php on line 174

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.